Vandales

Les Vandales parmi Les Trente :

Les Vandales !
Voilà l’un des Clans de la « Ligue » qui aura connu l’un des Destins les plus insensés des peuples Germains. Traversant l’Histoire de tous, chevauchant à la vitesse du Vent sur toutes les terres et les mers, eux qui n’en occupèrent jamais les firent toutes trembler de leur inquiétante présence ! Incapables de trouver au sein de la « Terre des Frères leur place, ils parviendront à fonder la première et unique « Cité-Etat » « Barbares » jusqu’à précipiter la chute de l’Empire Romain…
… mais aussi celle de leurs antiques Frères et pour finir de la leur !


Pour ne pas faire des Vandales que les insuffleurs du "Vandalisme", cet article est également celui de leur Cité-Etat : « Le Royaume de Carthage » (à voir ci-dessous dans la section appropriée)


Les Vandales

(Les Conquérants de la peur)


Les Vandales sont l’un des noms les plus célèbres demeurés parmi les peuples Germains. Cités pour la première fois par Tacite, Pline l'Ancien pour sa part interprétait les Vandales comme un terme générique pour désigner plusieurs peuples Barbares.
Quoi qu'il en soit les Vandales, peuples d'Orient, furent parfois confondus avec les Goths ou les Gépides. Ce peuple conquérant et nomade est certainement celui de tous ceux Germaniques ayant occupé le plus de territoires et ceci sur trois continents ! (Europe, Orient et Afrique du Nord), une explication probable de leur souvenir à travers les siècles…
… mais pas seulement.
Qui n’aura pas entendu ou employé le nom des Vandales ?

Au-delà leurs origines sont Scandinaves et ils formèrent deux Clans lors de leur migration menés par deux frères, les Sillings et les Hasdings. Les Sillings auraient émigré du Jütland comme beaucoup de peuples Germains tandis que les Hasdings provenaient du Golfe d'Oslo avant de rejoindre le Jütland à leur tour.
Les premiers siècles sont troubles les concernant et comme beaucoup de peuples « mineurs » de l’Est, ils semblent avoir suivis les Goths dans leur migration. Les Sillings disparurent assez rapidement de l’Histoire si ce n’est en laissant leur nom à la Silésie. Ils auraient été détruits par les Wisigoths et auraient rejoints leurs Frères Hasdings, plus puissant. Ne créant jamais de Royaume propre, on les mentionne toutefois sur les rives de la Mer Baltique, de l’actuel Pologne, de la Silésie, de la Slovaquie, d’une partie de la Hongrie (Pannonie) et de la Slovénie (Illyrie) mais aussi jusqu’aux Steppes Russes, en Espagne, en Algérie, en Tunisie, en Corse, en Sardaigne, en Sicile et pour finir à Carthage !
La déclinaison de leurs lieux de vies est ainsi impressionnante mais jamais les Vandales ne resteront longtemps aux mêmes endroits, ne faisant souvent que passer et s’allier au gré de la bonne Fortune à quérir. En sus ces Nomades ne semblent pas vraiment avoir eu une quelconque unité et ils formèrent plus vraisemblablement des groupes épars d’inégales importances…

Ils furent néanmoins appréciés pour leurs qualités équestres apprises des peuples Alains et Sarmates qu’ils fréquentaient dans les steppes Slaves. Mais c’est bien leur réputation d’habiles éclaireurs, d’espions discrets et surtout de pilleurs cruels qui supplanta toutes autres caractéristiques propre aux Vandales.

Chroniques Vandales

248 : Les Vandales et leurs assauts sur les Limes les font exister au regard de Rome.
271 : Aurélien bat les Vandales et prend 2000 cavaliers mercenaires comme tribut.
279 : Probus repousse les Vandales de la Rhétie.
406 : Godégisel, Roi des Hasdings. Passage des limes Rhénanes en une nuit, peut-être le « 31 décembre » ( ?).
407 : Les Vandales envahissent la Gaule avec d'autres peuples Germains.
409 : Conquête de l'Espagne.
420 : Le nom "Vandales" est désormais entendu comme synonymes de pillages et de conquêtes…
420 env. : Les Vandales de l'Espagne commencent à se convertir aux sectes catholiques.
425 : Les Vandales constituent une flotte maritime sur la Méditerranée.
427 : Genséric, l'un des plus fameux Roi Vandales est reconnu comme tel par les siens puis plus tard par les Alains.
429 : Conquête de l'Afrique du Nord par Genséric.
439 : Les Vandales fondent le Royaume de Carthage après l'avoir prise… la même année la Corse et la Sardaigne sont de leurs conquêtes.
442 : Foedus entre Rome et les Vandales pour un temps.
449 : Alliance entre les Vandales et Attila contre Rome !
451 : Participation aux côtés des Huns à la Bataille des Champs Catalauniques.
455 : Rome est pillée par les Vandales pour un temps qui s'installent en Sicile.
477 : Mort de Genséric après 50 ans de règne !
538 : Fin des Vandales et de leurs territoires annexés par les Bizantins. Déportation des Vandales puis assimilation avec les autres peuples.

La Terreur Vandales


Que n’a-t-on pas dit des Vandales ?
Pilleurs, conquérants cruels, êtres de terreurs saccageant et dévastant tout sur leur passage comme le fera Attila qui en sera un temps l’un des maîtres. Mais cette caricature Barbares est-elle bien fondée ? Rien n’est moins sûr même s’il est évident que d’importantes troupes Vandales sous la férule de chefs ou de rois avides auront dévasté bien des pays et territoires durant leur errance.

Mais cette réputation est usurpée et mue pour le moins par la propagande Romaine pour « Barbariser » l’étranger aux yeux des autochtones et pour le pire pour en faire une tentative de symbole de tous les autres peuples Germains.
Et apparemment cette entreprise eut un certain succès !
Rome, puis l’Eglise catholique (avec le célèbre « Fléau de Dieu » attribué à Attila déjà appuyé par les Vandales) et jusqu’à Voltaire reprendront cette imagerie de terreur qui prévaut d’ailleurs toujours depuis… En fait cette légende négative n’est que le prolongement des caricatures appropriées d’abord aux Païens puis aux Barbares, également aux Germains et en fait à tous les Nomades, « les Etrangers ».

En fait de terreur, les Vandales n’auront pas effrayé leurs Frères ni déstabiliser la Germanie. Poussés par les Huns, chassés par les leurs, ils n’auront tout bonnement pas trouvé de terres accueillantes, peut-être par tempérament, pas faiblesses ou par choix. « Boucs-émissaires », ces perpétuels exilés ne sont peut-être devenus que ce à quoi tous les auront destinés à être…

Les spectres des Limes


L’An 406 CE va précipiter le sort et la légende des Vandales.
Avant cela comme on l’a vu leur réputation est plutôt demeurée discrète mais en cet hiver venu, tout changera.
C’est la dite et légendaire nuit de terreur pour les Romains et toute la Gaule qui verra les Limes Rhénanes éventrées par l’intrusion des dites « Invasions Barbares ». En fait accompagnés de Huns, de Suèves et d’Alains, les Vandales selon le mythe auraient franchi le Rhin (on parle de 100 000 individus dont 80 000 Vandales mais les sources divergent) entièrement gelé par un froid exceptionnel… le 31 Décembre a été donné mais c’est là une imagerie trop « parfaite » pour être réel sans compter que cette invasion se serait déroulé sur plusieurs jours.
Quoi qu’il en soit on peut imaginer la terreur des gardes aux Limes qui échappés de la gangue de brumes épaisses et glacés verront sous leur yeux des milliers de fantômes surgir de la « Terra Incognita » tant redoutée et phantasmée. De là plus personne ne cessera l’avancée de cette cohorte spectrale qui ravagera toute la Gaule et l’Espagne pendant plus de trente ans ! Comme avant eux les Cimbres et les Teutons, cette déferlante incroyable balayera tout devant elle jusqu’à gagner le détroit de Gibraltar !

Mais là encore on peut penser que c’était là une fuite en avant où les opportunités de piller fut plus un moyen de survivre qu’une décision réfléchie et stratégique. La plupart des grands peuples du cœur de la Germanie n’auront pas suivi les Vandales dans leurs conquêtes et comme à leur habitude, ils fuyaient plus des territoires qui leur étaient hostiles.

D’ailleurs, plus acculés qu’autre chose, ils ne leur restèrent plus qu’un choix, gagner les terres d’un autre continent et d’un autre monde, à cette époque Antique appelé… Africa !

Le Royaume de Carthage


Sous le règne de leur Roi le plus légendaire, Genséric, ils vont avec moins de 100 000 individus conquérir toute l’Afrique du Nord. Mais là encore ils poursuivent toujours plus loin le long des côtes méditerranéennes, affrontant Berbères et Romains d’Afrique. Tout naturellement leur course folle depuis des siècles leur fera atteindre la limite d’un monde incarné en la fabuleuse cité de Carthage, la « Rome » Africaine !
Ils s’en emparent en l’An 439 !

Enfin un Royaume Vandales existe et il portera le nom de « Royaume de Carthage » reconnu comme tel par Rome par un Foedus contraint, l’Empire trop affaibli ne pouvant reprendre la cité. Ce sera l’apogée du peuple Vandales et de leur « Cité-Etat », seul du genre chez les Germains, ils régneront en maître dans la région puis sur les eaux de la Méditerranée jusqu’à s’emparer de la Corse, de la Sardaigne et enfin de la Sicile Romaine !
De leur place forte, de « pilleurs nomades », les voilà « Pirates des Mers » développant leur science maritime… puis organisé pour la première fois de leur histoire ils participent à la bataille des Champs Catalauniques et ensuite au pillage de Rome prise par Odoacre. Avec Carthage ces trois événements où l’on retrouve à chaque fois les Vandales verra l’Empire Romain s’effondrer et l’Antiquité définitivement révolu !

Et leur Roi Genséric est à la tête des leurs durant toute cette longue période s’étalant sur 50 années !
Une longévité exceptionnelle pour un Seigneur de Guerre hors du commun… mais cet homme né en 399 et âgé au début de l’An 477 de près de 80 ans fini par mourir de vieillesse. Ce sera là le glas et la chute du « Royaume Vandales de Carthage », cette curiosité de l’Histoire Germanique. Ainsi après Genséric, les luttes de pouvoir et de religions au sein des Vandales et des Alains qui s’étaient soumis à ce seul Roi finirent par gangréner la cité. Résistant encore quelques dizaines d’années, leurs nombreux ennemis finissent par briser la fragile unité guerrière Vandales et Carthage s’effondre…

Déportés, assimilés ou fédérés, les Vandales disparaissent en 538 de l’Histoire en tant que peuple.

Nomades ? Destructeurs ? Rêveurs ?


Après cette longue traversée des siècles avec les Vandales, qu’en conclure ?
D’abord que leur Histoire mériterait qu’on s’y penche plus encore car ils marquèrent nombres de lieux et d’événements de leurs présences. Etrangement ce peuple de Nomades ne trouva jamais sa place en Germanie chassés par les uns, ignorés par les autres. Considérés comme des étrangers par les leurs, acculés par tous, ils se révoltent et cause destruction et folie sur leur passage en quête de liberté jusqu’à renverser les Limes Romaines ! Ravageant tout, ils inspireront la peur à ceux osant les affronter ou se trouver sur leur folle chevauchée, eux ces cavaliers émérites.
Pourtant comme s’ils avaient toujours poursuivi une Chimère, ils parviendront à atteindre leur rêve à Carthage y fondant enfin leur Royaume… une autre Chimère mais qui exista pour un temps.

Témoins et acteurs de la chute de la Germanie et de l’Empire Romain, ils disparaîtront comme ils étaient arrivés, dans le souffle ravageur de ces temps troublés. Ne demeura d’eux que leur sinistre réputation… mais pour certains également le rêve qu’un Empire Germain aurait pu voir le jour à Carthage ou ailleurs.

Unless otherwise stated, the content of this page is licensed under Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License