Pendaison

La pendaison dans le Hof renvoie bien évidemment au sacrifice consenti par Odin pour atteindre la connaissance ultime.
Cependant c’était là un châtiment que l’on infligeait parfois dans le monde antique comme supplice sur l’autel des croyances Odiniques. D’ailleurs l’un des noms d’Odin, Hangagud (Cf.), « Dieu des Pendus », illustre ce fait. En outre l’un des pouvoirs du Seidr est de ranimer les pendus pour qu’ils racontent leur funèbre histoire et les prophéties à venir !
Ainsi est-il dit dans le Havamal :

J’étais pendu à l’arbre, balayé par les vents,
Pendant neuf longues nuits,
Transpercé par une lance,
Offert à Odin,
Me donnant à moi-même :
[—-]

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License