Kvasir

Kvasir est l’être mythique ayant été formé par magie par les Ases, son nom renvoyant à l’idée de boisson enivrante ou fermentée.
Il fut crée comme gage de la trêve passée entre les Ases et les Vanes. Les Dieux après leurs délibérations prirent la cuve ayant servi à brasser leur boisson et ils crachèrent chacun leur tour, y mêlant leur salive… à partir de cette mixture divine, ils formèrent donc Kvasir, qui est désormais considéré comme le plus savant et sage des Ases car il est érudit en tout domaine et pendant sa vie enseigna aux hommes la science en toutes choses.

Pendant sa vie, car sa mort est encore plus légendaire !

Lors d’un de ses voyages il fit halte chez les Nains Fialar et Galar qui le tuèrent ! Connaissant certainement Kvasir plus qu’il ne les connaissait, ils récupèrent tout son sang dans deux cuves, Son et Bodn, et un chaudron, Odroerir.
Le brassant avec du miel, ils formèrent un Hydromel aux propriétés magiques faisant de celui le buvant un Scalde ! Les Nains inventèrent alors un prétexte pour les Ases, disant que Kvasir était mort étouffé dans son savoir de n’avoir pu parvenir à le distiller entièrement…

Sur ces faits, ils invitèrent le Géant Gilling et sa femme, et les assassins les tuèrent également !
Mais cette fois, le fils des Géants, Suttung, ne se laissa pas abuser et captura les deux meurtriers, les embarquant en mer et s’apprêtant à les noyer. Pourtant pour sauver leur vie, ils lui proposèrent d’emporter le Breuvage de Kvasir.
Suttung accepta l’accord et le confia à sa fille, Gunnlod, qui le veilla dans les Montagnes des Hnitbiorg.

Mais l’histoire ne s’arrête pas là car Odin n’oublie jamais rien…
… un jour donc Odin déguisé en paysan alla à la rencontre de neuf fermiers qui s’entretuèrent après qu’il leur ait proposé sa pierre à aiguiser aux propriétés étonnantes. Bref, le voilà arrivé chez le frère de Suttung, Baugi. Ce dernier, apprenant la mort des esclaves, se lamentait. Mais Odin, qui se présenta comme étant Bolverk, se proposa de les remplacer tous à la tâche mandant comme seul salaire, une seule gorgée de l’Hydromel de Suttung !
Travaillant toute une saison comme nul n’aurait pu travailler, Odin manda donc son payement et ils allèrent voir Suttung, qui évidemment refusa. Odin convainquit pourtant Baugi de l’aider à trouver la cache du breuvage…
Odin donna donc à Baugi la vrille Rati et lui manda de forer la montagne, lui qui était si fort et habile. Après plusieurs tentatives un trou fut fait à travers la pierre et Bolverk s’y faufila s’étant mue en serpent, échappant ainsi à la traîtrise attendue de Baugi qui ne pu l’attraper alors !
Odin accéda alors au repaire de Gunnlod qu’il finit par séduire partageant sa couche durant trois nuits, tout autant de gorgées qu’elle accepta de lui faire boire…

A la première lampée, il vida tout Odroerir, à la seconde Bodn et à la dernière Son !
Tout fut bu ! Il se mue aussitôt en aigle et s’enfuit alors… bientôt poursuivi par Suttung lui aussi changé en aigle. Les dieux les voyants arrivés placèrent alors des chaudrons derrière l’enceinte d’Asgard. Au moment où Odin allait être rattrapé, il déglutit tout l’hydromel dans les cuves, sauf une partie qui s’échappa en fiente faisant rebrousser chemin à Suttung.

Ainsi donc est la légende de Kvasir relatée par bien des Scaldes, une large partie de ce récit étant trouvé dans les Havamal. (Cf.)
Et depuis nombres Kenning accompagne ce breuvage. D’abord pour le mauvais Hydromel issu de la fiente de l’aigle alors appelé «la part des poétereaux ».
Le bon élixir lui est nommé le « Butin d’Odin », « Sa trouvaille », « Sa boisson », « Son don », « La boisson des Ases », « Le sang de Kvasir », « La boisson », « L’ivresse des Nains », « L’Hydromel de Suttung », etc.
Il est le breuvage distillé pour donner l’inspiration poétique à tous les Scaldes…

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License